Aménagement de la porte de Vincennes : une référence d’aménagement urbain !

PV Alain Lhostis intervient en séance du conseil de Paris du 12 novembre 2013 (Ref. 1 ) pour souligner la qualité de ce projet d’aménagement urbain.
Toutefois, il expose les objectifs d’un vœu(Ref 2) adopté, à l’unanimité,  le 4 novembre 2013,  par le conseil du 20e arrondissement demandant un renforcement « en matière de réduction des nuisances s’appuyant sur les technologies modernes et la réalisation d’ aménagements innovants tant sur l’espace public et les espaces verts que sur les bâtiments existants qu’en construction neuve.  Il propose au Conseil de Paris d’adopter un vœu identique ».
Anne Hidalgo dans sa réponse donne un avis favorable au contenu de ce vœu.

Ref. 1 :  Alain Lhostis - « Je voudrais d’abord rappeler ce qui devrait être une évidence ici dans cette enceinte, que la réalisation inégalitaire du périphérique, c’est-à-dire cette dissension entre l’est et l’ouest, où à l’est et au nord, on a mis le périphérique en aérien, ce sont des décisions de la droite que mon groupe auquel j’appartenais déjà à l’époque a combattu, ce sont les restants de la politique pompidolienne de la Capitale « tout pour la bagnole » dont certains sont encore les porte-paroles dans cette enceinte.

Aujourd’hui, nous sommes évidemment obligés de procéder depuis un certain nombre d’années à des réparations coûteuses et délicates, et je rappelle que les premières décisions en la matière ont été prises sur proposition en 1981 et 1982 de Charles FITERMAN, mon ami ministre des transports et de l’équipement.

Ceci étant rappelé, je souligne que ce secteur dont nous parlons a fait de la part de la municipalité l’objet d’améliorations du cadre de vie des habitants que ce soit avenue de la porte de Vincennes, les équipements de la petite enfance, ou le tramway.

Inutile d’insister sur les nuisances, la pollution de l’air, les nuisances sonores résultant du périphérique et notamment avenue de la porte de Vincennes.

Le grand projet de renouvellement urbain porte sur l’amélioration du cadre de vie et la réduction des nuisances et en fait une priorité. Le quartier, cela a été dit est caractérisé par un important secteur de logements avec des interventions programmées par les bailleurs sociaux pour améliorer leur patrimoine et la qualité de vie des locataires. Depuis 2001, la Ville de Paris a toujours montré un volontarisme dépassant les normes et les règlementations en matière  de développement durable et environnemental, je ne vais pas trop insister.

Il n’est pas correctd’utiliser, comme l’a fait l’ancien maire du 20e arrondissement, des termes qu’il veut désobligeants sur l’architecte dont je rappelle qu’il a été tout de même Grand prix national de l’architecture. On peut ne pas partager ses choix en matière architecturale, mais il est inutile de se vouloir désobligeant, si vous voulez traiter quelqu’un de » bolchévique », faites-le pour moi, ce n’est pas un problème !

En ce qui me concerne, je voudrais revenir avec mon groupe sur le vœu qui a été adopté à l’unanimité au conseil du 20e arrondissement, qui dans le sens de ce que vient de dire Marinette BACHE propose de développer des dispositifs ambitieux et ingénieux en s’appuyant sur les technologies modernes, un projet urbain qui prévoit des aménagements innovants sur l’espace public et sur les bâtiments existants ou en construction neuve notamment avec des protections phoniques qui peuvent aujourd’hui être mises en œuvre, et enfin que la Ville de Paris tire parti et établisse un suivi du projet urbain de la porte de Vincennes pour qu’il devienne une référence urbaine dans le domaine du traitement des nuisances, afin d’apporter des solutions efficaces et innovantes pour la qualité de vie des habitants, mais je ne doute pas que la première adjointe en charge de l’urbanisme, mon amie Anne HIDALGO, ira dans ce sens. Je vous remercie. »

Ref. 2 : Conseil du 20e arrondissement du 4 novembre 2013.

 Considérant les nombreuses études réalisées dans le cadre du projet urbain programmé dans le quartier de la Porte de Vincennes depuis 2002 ;

Considérant les aménagements déjà réalisés et permettant d’améliorer le cadre de vie des habitants du quartier (avenue de la porte de Vincennes, équipement petite enfance, tramway…) ;

Considérant la présence de fortes nuisances (pollution de l’air et nuisances sonores) engendrées par les circulations sur le périphérique et l’avenue de la Porte de Vincennes ;

Considérant les objectifs du Grand Projet de Renouvellement Urbain dont l’amélioration du cadre de vie et la réduction des nuisances sont une priorité ;

Considérant les objectifs de la Ville de Paris en matière de réduction des nuisances avec des interventions mises en place sur le périphérique (réduction de la vitesse, pose d’un nouveau revêtement de chaussée) et un investissement financier aux bailleurs sociaux pour l’amélioration de leur patrimoine de logements (rénovations plan climat) ;

Considérant le nombre important de logements dans ce quartier avec des interventions programmées par les bailleurs sociaux pour l’amélioration de leur patrimoine et surtout de la qualité de vie de leurs locataires ;

Considérant que la technologie en matière d’interventions pour la réduction des nuisances (acoustique et pollution de l’air) se développe et devient de plus en plus performante ;

Considérant que la Ville de Paris a toujours montré un volontarisme dépassant les normes et les réglementations en matière de développement durable et environnemental (écoquartier Fréquel-Fontarabie, bâtiments passifs, développement des modes de déplacements doux…) ;

Considérant les contraintes de cette portion du boulevard périphérique porte de Vincennes (peu enfoui avec une présence importante de logements situés tout le long) en matière d’aménagement urbain qui réduisent les possibilités d’interventions telles qu’elles sont réalisées dans d’autres sites (porte des Lilas, porte de Vanves…).

Le Conseil d’Arrondissement émet le vœu que :

le projet urbain de la porte de Vincennes développe des dispositifs ambitieux et ingénieux en matière de réduction des nuisances, adaptés aux contraintes spécifiques du site en s’appuyant sur les technologies modernes ;

le projet urbain prévoit des aménagements innovants tant sur l’espace public et les espaces verts (augmentation des talus, structure innovante…) que sur les bâtiments existants et en construction neuve (protections phoniques, isolation des façades, traitement de l’air…) ;

la Ville de Paris tire parti et établisse un suivi du projet urbain de la porte de Vincennes pour qu’il devienne une référence urbaine dans le domaine du traitement des nuisances afin d’apporter des solutions efficaces et innovantes pour la qualité de vie des habitants.

 

La rédaction