En direct du conseil de Paris d’octobre 2013

AL-CP1-300x165Alain Lhostis est intervenu en séance du Conseil de Paris des 14 et 15 octobre 2013 sur les thématiques suivantes :

Financement des transports publics, organisation de la présence hospitalière dans le nord parisien, offre de fauteuils dentaires et report de l’ouverture de la salle de consommation de drogues à moindre risque.

  • Intervenant pour présenter, au nom du groupe communiste et des élus du parti de gauche, un vœu demandant l’annulation de la hausse prévue de la TVA sur le transport public, il a justifié ce vœu par le caractère fondamental du droit au transport et l’augmentation des tarifs en cas de nouvelle hausse de la TVA. Il a par ailleurs rappelé que des mesures telles que l’augmentation et la généralisation du versement transport, payé par les entreprises, pourraient financer les transports publics, et permettre leur développement. Ce vœu a été adopté par la majorité municipale.
  • Alain Lhostis est ensuite intervenu pour défendre un vœu contre la fermeture de l’hôpital Bichat, dans le 18e arrondissement. Il a notamment rappelé que ce n’était pas la première fois que cette fermeture était évoquée, dans le cadre d’une réorganisation de l’implantation hospitalière dans le nord de Paris, et que cette fermeture risquait d’éloigner des soins une partie des habitants des quartiers populaires. En réponse à Alain Lhostis, l’adjoint au Maire de Paris en charge de la santé a déclaré qu’une réflexion sur la réorganisation de la carte hospitalière était bien en cours, mais, pour ce qui était de Bichat, toutes les hypothèses étaient sur la table, dont celle de la reconstruction sur site.
  • La caisse primaire d’assurance maladie ayant décidé de fermer le centre dentaire de la rue Archereau dans le 19e, Alain Lhostis a souligné qu’une telle décision entrait en contradiction avec toutes les enquêtes de santé publique concluant que les soins dentaires étaient ceux auxquels les populations à petits et moyens revenus renonçaient. Le vœu qu’il a défendu demandant l’annulation de cette décision a été adopté.
  • Enfin, Alain Lhostis a pris la parole pour une explication de vote du groupe communiste et élus du parti de gauche sur un vœu demandant l’abandon du projet de salles de consommation de drogues à moindre risque. Il a notamment souligné que cela faisait maintenant un an que le gouvernement s’était prononcé favorablement pour l’ouverture d’une telle salle, et s’est étonné que le Conseil d’État ait été saisi si tard, le projet étant largement avancé. Tout en prenant acte de la nécessité d’en passer par la loi, il a demandé qu’un comité de préfiguration soit installé et que la brigade spéciale territoriale, annoncée avec l’ouverture de la salle, pour répondre à des questions de sécurité, soit mise en place. L’engagement de la majorité municipale pour l’ouverture de cette salle de consommation a été réaffirmé puisque le vœu de la droite demandant son abandon a été rejeté.

La rédaction